Expos&Co



Percheron de face

144 x 162 cm

 

  • Capton, portraitiste animalier

 

  Opiniâtre et non-conformiste, Capton creuse obstinément son sillon. C’est un artiste engagé, un peintre qui porte haut son exigence, son expérience et son statut. Artiste de la Nouvelle Renaissance, il revendique l'héritage des anciens maîtres et leur idéal de beauté. Depuis une vingtaine d’années, vaches, taureaux, chevaux ont accompagné ses questionnements quant à la compétence et la légitimité de l'Homme dans le gouvernement du monde. Touché par la modeste et somptueuse beauté de ces colosses, Capton s’est fait portraitiste animalier et leur a consacré de nombreuses expositions.

 

                                                                                                                                               Eric Besnard


  • Claire Boris, sculpteur

  L'art de Claire Boris, c'est de faire de la sculpture un art du vivant. Et, parce que la vie est évolution, eh bien, chaque sculpture se met en mouvement. Chacune dans son espace, chacune dans son monde, chacune dans son quotidien. Là où il n'y a rien, elle crée l'espace. Là où le ciment est inerte, elle apporte le mouvement. Là où le temps est figé, elle pose un instant de vie. La technique est redoutable. Des matériaux bruts et de l'eau. De simples outils, et, au fil des heures, l'alchimie opère. La grille de métal, cassée par le marteau, découpée à la tenaille, tordue à la force des bras, devient squelette. Le ciment et le sable de Loire, leurs mille nuances de couleurs et les formes naissantes révèlent la subtile profondeur des sentiments cachés.

 

  •  Du 29 juin au 9 juillet 2019
  • Salle du Parc -11, Avenue des Douits      Barneville-Carteret

 



  • Un herbier de porcelaine…

 

  Depuis toujours Murielle Joubert perçoit le végétal comme une source d’inspiration infinie, un monde vivant riche et périssable dont l’aspect résulte du perpétuel équilibre du mouvement cyclique des saisons. Au château de La Roche-Guyon, la plasticienne pose son regard et sa sensibilité sur l’univers de la graine, dans sa diversité de formes et sa « promesse de vie ». Cette profusion d’enveloppes qui cachent en elles tant de secrets - « maillons d’une chaine ininterrompue où l’intérieur ira à l’extérieur, éternel recommencement pour devenir plein avant de n’être plus que vide » -, est une incitation à la curiosité pour redécouvrir plus intimement une Nature multiple que l’on regarde sans la voir, que l’on connaît sans savoir. Une nature qui nous nourrit et sans laquelle nous ne serions pas… Au fil des saisons, Murielle Joubert a collecté dans le Potager-fruitier des formes végétales pour mettre en scène, au final, plus de 700 pièces de céramiques. Chacune met en avant la richesse de la biodiversité. La scénographie reflète l’aspect sacré et fragile du monde végétal. Les pièces maîtresses sont un herbier de porcelaine et un répertoire de graines en céramique. L’exposition Les Voyageuses est le clin d’œil d’une artiste à l’histoire des plantes mêlée à celle des hommes, en particulier les botanistes-voyageurs. L’exposition peut se comprendre comme un parcours poétique et comme un questionnement philosophique sur notre rapport à l’environnement et notre devenir commun.

 

  • Du 20 juillet au 24 novembre 2019


Philippe CHESNEAU

Grande bringue coincée débardeur

Huile sur toile 103x103 cm

ALBENA

 "A l'opéra" 

Huile, pastel gras & encre de chine sur Toile - 89 x 116 cm

Georges GOUPY

"Aphaïa"

Sculpture en acier peint

20 x 16 x hauteur 43 cm

 

1947-Femme au poêle

            Huile sur toile

           181 x 128 cm

1981-Autoportrait 21

            Huile sur toile

           116 x 81 cm

1991-Les clowns musiciens-

         La danseuse   

            Huile sur toile

           230 x 430 cm

  • Carrément d'Art 2019

          Peinture / Sculpture

 

  L'association L'Art A tous égArds présente Carrément d'Art. Il s'agit d'une rencontre d'artistes similaire à celle déjà organisée en août 2017. L'évènement se transforme donc en biennale. La version 2019 réunit dix artistes venant de toutes régions et de tous horizons. Ils ont, pour la plupart, déjà exposé à Bellême. Ils nous promettent pourtant quelques surprises ! D’Albena à Georges Goupy, de Michel Bougas à Fabienne Hanteville, d’Alexandra Baudin à Juliette Frescaline, de Philippe Chesneau à Maxime Frairot, d’Érékosé à Claire Boris, l'exposition présente les tendances poétiques, essentiellement figuratives, de l'art actuel. Chaque artiste expose une série de petits formats à des prix particulièrement attractifs (de 120 € à 780 € selon la taille et la nature de l'œuvre). Pour ne pas limiter cette biennale aux seuls petits formats, ce qui aurait été quelque peu réducteur, chaque artiste expose également deux œuvres de plus grand format qui seront quant à elles affichées à leur prix habituel. Avec une quinzaine d'œuvres pour chacun des artistes, le visiteur aura tout loisir d'explorer la diversité de leurs univers respectifs.

 

  •  Du 6 juillet au 18 août 2019

 


  • Bernard BUFFET

          (1928 - 1999)

 

  Cette année, le Centre d’Art et d’Histoire du Château de Vascoeuil, à l’occasion du 50e anniversaire de son ouverture au public, consacrera toute sa saison au peintre Bernard Buffet pour le 20e anniversaire du décès de l’artiste. Grâce à la collection du Fonds de Dotation Bernard Buffet, cette exposition exceptionnelle réunira des huiles, des gravures, et des lithographies. Ouverte du 13 avril au 20 octobre 2019, elle constitue l’un des événements culturels incontournables de l’année en Normandie. Un grand artiste revisité.

 

 

Un langage sans pareil

 

  Quels que soient la technique et le support utilisés, une oeuvre de Bernard Buffet se reconnaît entre mille par l’étirement particulier du trait soulignant le contour des corps ou des objets qu’il dessine sans repentir. La gravité de ses visages et sa manière d’exagérer certains détails nous font ressentir l’inquiétude et la tension intérieure des êtres qu’il aborde d’un geste maîtrisé à l’extrême : chez lui, regards et postures hiératiques sont autant d’expressions de l’âme blessée, délaissée ou tourmentée des hommes. Il y a du Don Quichotte en lui. Qu’elle se fasse caresse ou coup de griffe, sa signature s’avère d’un tranchant redoutable.

 

 « Bernard est extraordinaire… Nous ne nous quittons pour ainsi dire jamais ; parfois, j’ai l’impression de tout connaître de lui ; et pourtant, il reste secret. C’est un tueur d’ennui. L’inattendu coule dans ses veines. Il ne cherche pas à surprendre. Il est surprenant sans même en avoir conscience. »

                                                                                                        Annabel Buffet (D’amour et d’eau fraîche)

 

 

  • Jusqu’au 20 octobre 2019

1965-Delphiniums et ombelles

            Huile sur toile

           89 x 130 cm

 

1975-Château de Vascoeuil

           Encre de Chine sur papier 50 x 65 cm

           © ADAGP, Paris 2019

 

1950-Nature morte aux poissons

             Huile sur toile

            97 x 195 cm

 




Elégantes se promenant Février 1911

Aquarelle 8.5 x 12.7 cm

Paris, AAJHL Dessin Jacques Henri Lartigue © AAJHL

 

 

Carven 46

1946 Huile sur bois 41 x 33 cm

 L’Isle-Adam, musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, dépôt de la Fondation de France

 © Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, L’Isle-Adam – J.M. Rousvoal

 

  • Exposition de photographies de Rachel Lévy

 

C’est dans le cadre d’une résidence en 2018 au château de La Roche-Guyon que Rachel Lévy a tourné son regard vers la terre nourricière et vivante du potager-fruitier du château, la photographe présentera une douzaine de photographies de grands formats montrant un regard différent sur cette terre fertile née du travail du jardinier et plus particulièrement du compost qu’il enrichit de débris de végétaux et de fleurs. Ce potager historique de près de 4 hectares reconstitué selon son plan d’origine du XVIIIème siècle est labellisé « jardin remarquable ». Il associe un jardin de légumes et un jardin fruitier dans lequel une grande diversité de légumes, fruits et fleurs sont cultivés sans aucun pesticide ni produit chimique. Végétaux, micro-organismes, insectes, oiseaux, en constante interaction, créent un écosystème naturel. Depuis 2013, grâce à cette approche et au travail des jardiniers du château de La Roche-Guyon et ceux issus du chantier d’insertion, la production du potager-fruitier est certifiée AB (Agriculture Biologique).


  • De Fer et de Feu

 

Souvent primé, récompensé, Serge Guarnieri est présent dans les plus grands salons. De nombreuses expositions lui ont été consacrées à Paris, Oléron, Château-Thierry, Troyes, Milly la Forêt, Chatillon sur Seine... Infinies, les sources d'inspiration de cet artiste passent par l'observation de toute forme d'expression du vivant et de la matière, quelle que soit l'échelle, l'origine et l'époque de son apparition. À partir de ronds à béton qu'il fusionne à l'arc à souder, il saisit et traduit le mouvement, la lumière qui anime la matière. La nature minérale, végétale, animale, depuis sa gestation jusqu'aux multiples stades de son évolution, tout comme la puissance créatrice du cosmos ou le magma de la terre en éruption influencent son travail, l'inscrivent dans une force organique universelle. Le magma de la terre en éruption ? Les huiles sur toile de Jean Soyer y font évidemment penser ! La peinture est gestuelle, dynamique, joyeuse. Les coloris sont éclatants. Le mouvement est ample, direct, presque autoritaire, toujours aérien. Fougue et recueillement, force et douceur, ombre et lumière. C'est une peinture passion qui imprègne le cœur et l'esprit. Il ne cherche pas à faire de l'Art, mais à traduire un ressenti authentique puisé dans l'expérience de la vie. Émouvant et sublime, c'est le spectacle de l'inachevé qui se joue sous nos yeux. Membre de la Fondation Taylor, Jean Soyer est président du Salon Violet. Ses œuvres sont exposées en permanence dans de nombreuses galeries à Paris, Montpellier, Saint-Malo, Londres, Lausanne, Hong Kong ... Elles sont présentes dans les musées, les collections privées, et dans les grands salons de l'Art contemporain.


  • Fantaisies. Jacques Henri Lartigue, décors et haute couture

 

  L’exposition Fantaisies. Jacques Henri Lartigue, décors et haute couture propose de découvrir une partie méconnue de son oeuvre, réalisée en marge de sa production en tant que peintre et photographe. Elle montre l’artiste comme un créateur touche-à- tout, davantage intéressé par le processus créatif que par l’objet final, passant avec légèreté et en même temps avec une grande rigueur d’une technique à une autre. Regroupant près de 170 pièces, sous le titre de « fantaisies », l’exposition présente une série de croquis de mode et dessins décoratifs de jeunesse, des photographies de décors de galas éphémères et grandioses réalisés par l’artiste dans les années trente, des tissus de la maison Bianchini Férier en 1937-1938 exécutés d’après des dessins de Jacques Henri Lartigue, ou encore des variations libres autour de motifs de fleurs, de ballons, d’oiseaux. Seront également évoqués les liens d’amitiés de Lartigue avec la couturière Carven et les collaborations de l’artiste avec la presse de mode et la maison italienne de tissus d’art Fede Cheti.

 

 

                                     L’Officiel, n° 173

                                               Couverture illustrée par Jacques Henri Lartigue

                                               Janvier 1936

                                                           32.5 x 25.5 cm

                                                           L’Isle-Adam, archives du musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq

                                                           © Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq, L’Isle-Adam – Henri Delage

 

  • Jusqu’au 22 septembre 2019-06-07
  • Musée d’Art et d’Histoire Louis-Senlecq de L’Isle-Adam

 



  • Gérard Garouste

          "L’école des Prophètes"

 

 La peinture de Gérard Garouste est habitée d’histoire et de récits, de personnages bibliques et d’écrits talmudiques inspirés de ses lectures et de sa fréquentation des intellectuels juifs, notamment ceux qui ont séjourné à Chaumargeais près du Chambon pendant la guerre et qui ont influencé de grands penseurs comme Emmanuel Lévinas. Après l’exposition sur les intellectuels présentée à l’été 2018, le Lieu de Mémoire offre cet été aux visiteurs un autre regard sur le renouveau intellectuel juif né sur ce territoire à la fin de la guerre. Du 5 juillet au 29 septembre 2019, l’exposition consacrée à Gérard Garouste propose un parcours entre peinture et textes bibliques, entre art et histoire autour d’une sélection de tableaux qui entrent en résonnance avec les réflexions initiées par ce groupe de penseurs qui s’est ironiquement surnommé l’« école des Prophètes ».

 

  •  Du 5 juillet au 29 septembre 2019
  •  43400 Le Chambon-sur-Lignon